Audi Q7

Pour :

  • Un luxe pratique pour jusqu’à sept personnes. Trois mots : grand, chic, boîte

 

Contre :

  • Assez beau, mais pas vraiment frappant

 

Avec un prix compris entre

62 000 et 104 000

Vue d’ensemble

La dernière mise à jour du SUV à sept places d’Audi, cette fois avec des morceaux de son grand frère Q8 greffés dessus et dedans. Il s’agit d’un véritable lifting plutôt que d’une véritable nouveauté, même si les mises à jour en valent la peine.

Au Royaume-Uni, vous aurez le choix entre les modèles Sport, S-Line, Black Edition et Vorsprung. Ce qui allongent tous la liste des caractéristiques techniques à mesure que votre portefeuille monte dans l’échelle des prix. Au lancement, toutes les variantes britanniques sont équipées de série d’une suspension pneumatique. Ainsi que de phares LED Matrix (excellent) et de sept places. Le système hybride doux 48v MHEV, qui améliore l’efficacité énergétique, fait son apparition avec la seule option de transmission. Une boîte tiptronique à 8 vitesses par l’intermédiaire d’une quattro quatre roues motrices.

Les moteurs vont de l’essence Q7 55 TFSi (338 ch) à une paire de diesels de même format à deux sorties : 45 TDI (229 ch) et 50 TDI (284 ch). Tous sont des V6 de 3,0 litres de capacité. Comme toujours chez Audi, il existe un autre Q7 avec de nombreuses options si vous vous sentez à fleur de peau, mais la spécification « Vorsprung » (environ 95 000 euros pour un 50 TDI) essaie vraiment de rassembler tout cela dans un Q-basket pratique. Il est intéressant de noter que les éditions Black (75 000 euros TDI) et Vorsprung sont équipées de grandes roues (21 et 22 pouces, respectivement) et d’une suspension pneumatique « sport » abaissée. Bien que nous ne savons pas pourquoi vous voudriez plus de « sport » dans un SUV à sept places pesant bien plus de deux tonnes.

 

La conduite

Ce n’est pas une voiture de sport. Mais il s’agit d’un véritable SUV, et si vous l’utilisez comme prévu elle remplira parfaitement son rôle. Ce que le Q7 fait parfaitement bien, c’est naviguer dans le confort en transportant des personnes et des choses. Toutes les voitures britanniques arrivant au Royaume-Uni étant équipées d’une suspension pneumatique réglable et adaptative, vous pouvez jouer avec la fameuse manette Audi Drive Select, qui comporte sept préréglages : Auto, confort, dynamique, tout-terrain, tout terrain et utilisateur individuel. Les différents modes raidissent ou relâchent. Cela augmentent ou diminuent la suspension de quelques millimètres pour vous faciliter la tâche. Ce n’est peut-être pas un véhicule tout-terrain, mais il peut gérer une ou deux zones humides.

S’il vous arrive de conduire comme un fou, tout est compétent plutôt que particulièrement encourageant : un excellent contrôle du corps, enrobé d’une adhérence surprenante, une adhérence qui s’efface progressivement lorsque vous vous engagez trop. La direction marmonne et les freins ne produisent aucune sensation, mais tous deux contribuent suffisamment à l’anesthésie pour pouvoir conduire très doucement si vous le souhaitez. Ce qui est probablement le but. C’est vraiment un endroit très agréable pour bavarder à l’intérieur, calme, tranquille et spacieux.

La vision est bonne pour une voiture de cette taille, même si l’angle mort du pilier C peut être puissant dans certaines situations (sans surprise), et que les 50 TDI et 55 TFSI ont tous deux plus qu’assez d’envie. Le diesel semble convenir un peu plus au Q7, le puits de couple plus profond (600nm/443lb ft) plus bas sur la plage de régime permettant de déplacer tout ce volume avec un peu plus de facilité.

 

A l’intérieur

Mise en page, finition et espace

Cinq sièges décents, deux sièges pop-up légèrement plus petits à l’arrière. Avec les sièges de série (les deux derniers repliés), l’espace est de 865 litres (beaucoup), avec une véritable vanité de 2 050 litres, chaque chaise étant rangée. Vous n’aurez pas de bagages pour sept personnes dans le reste du coffre si vous êtes à pleine charge. Suffisamment pour des journées de sortie et des amis inattendus, et tout cela se replie et se retourne assez facilement. Il y a une myriade de rangements et de compartiments utiles, et beaucoup de prises électriques.  Il est intéressant de noter que tous les sièges du conducteur sont équipés de points de fixation ISOFIX, ce qui est pratique si vous gérez une sorte de crèche, on le suppose.

À l’avant, c’est comme sur tous les derniers modèles Q, avec des écrans haptiques à double contact au milieu, un autre TFT dans le coffre. Tout est configurable et personnalisable, et les options de menu sont généralement à portée de main, mais une fois que vous l’avez réglé sur vos favoris, tout fonctionne très bien. On craint un peu qu’un seul pépin dans la matrice et on se retrouve devant une très grosse brique en forme d’Audi, mais en termes d’utilisation générale, Audi fait du bon travail – même s’il est complexe – dans le cockpit.

Il y a aussi les sons BOSE (bien qu’ils soient optionnels sur tous les modèles sauf le Vorsprung) et divers éléments du kit standard utile, du hayon électrique à l’entrée sans clé, la télévision en circuit fermé du centre ville, l’éclairage d’ambiance à LED à changement de couleur, le climat, l’électricité, le pré-sens Audi… assez pour vous intéresser même si vous êtes dans la catégorie Sport « de base ».

 

Coûts de fonctionnement et fiabilité

Selon les prévisions du CAP basées sur l’ancien Q7, le nouveau Q7 50 TDI conservera 43,6 % de sa valeur après trois ans et 96 000kg, soit mieux qu’une BMW X5, une Volvo XC90 et une Merc GLE 350d.  L’ajout du système hybride doux MHEV (régénération de l’énergie de freinage, amélioration des fonctions d’arrêt/départ et de marche en roue libre, alternateur/démarreur 48 V) sera utile – apparemment, le système peut récupérer jusqu’à 0,7 litre de carburant aux 100 km (0,15 gallon aux 100 km, si l’on parle d’argent ancien), et même si cela ne semble pas beaucoup, sur 60 000 km, cela représente … euh … environ 145 gallons, ou 700 litres.

Si vous parlez d’un ou deux sièges la plupart du temps, c’est un véhicule assez volumineux à mettre en valeur.

 

Verdict

Le Q7 est un SUV de sept places très bien aménagé et très pratique si vous transportez régulièrement plusieurs véhicules. Avec un extérieur plus vif et un intérieur rafraîchi, il est tout à fait logique. Ce n’est pas vraiment révolutionnaire en termes d’extraction de l’espace intérieur à partir d’une petite empreinte – il fait, après tout, plus de cinq mètres de long – mais Audi a fait un bon travail de mise à jour dans ce domaine.

Avec une dynamique décente mais pas de premier ordre, un prix compétitif et quelques touches sympathiques, le Q7 devrait certainement être dans le coup si vous avez besoin de ce genre de choses. Parce que personne n’a vraiment besoin de portes à fermeture automatique et d’une suspension sport spéciale sur un SUV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *